Les budgets parti­ci­pa­tifs appliqués à l’éner­gie

BP-LaureatLes budgets parti­ci­pa­tifs commu­naux se déve­loppent depuis quelques années, à la suite de l’his­to­rique Grigny et derrière quelques loco­mo­tives comme Paris ou Grenoble (illus­tra­tion ci contre).

Le déroulé usuel des démarches est le suivant :

  1. les élus défi­nissent les règles : budget et moda­li­tés
  2. les citoyens émettent des idées de projets
  3. les projets sont analy­sés par les services de l’ad­mi­nis­tra­tion : faisa­bi­lité, budget néces­saire etc…
  4. Les citoyens prio­risent les projets faisables
  5. Les projets sont mis en œuvre de façon tradi­tion­nelle

Le secteur de l’éner­gie dans les collec­ti­vi­tés rassemble des problé­ma­tiques communes à tous les budgets parti­ci­pa­tifs :

  • des budgets d’in­ves­tis­se­ments contraints
  • des prio­ri­sa­tions orga­ni­sées par la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive (élus avec l’aide des services), parfois éloi­gnées des usagers.

En revanche, ce secteur y ajoute des enjeux propres : le choix parfois cornel­lien entre des projets emblé­ma­tiques ou effi­cients, la faculté d’auto-alimen­ter le budget par les écono­mies géné­rées.

L’ana­lyse des Conseils en Ener­gie Parta­gée que nous avons menée en France, ainsi que des actions d’im­pli­ca­tion des usagers (Display par exemple) nous amène à propo­ser un nouveau service : le budget éner­gie parti­ci­pa­tif.

Les objec­tifs du BEP  sont de :

  • Suivre les écono­mies géné­rées
  • Parta­ger les prio­ri­tés d’in­ves­tis­se­ment avec les usagers, les habi­tants, les agents
  • Elar­gir le péri­mètre d’in­ter­ven­tion de la collec­ti­vité au delà de ses seuls bâti­ments.

Sous l’angle de l’offre, nous propo­sons une offre stan­dard, auto-admi­nis­trable, ou une assis­tance à l’ad­mi­nis­tra­tion.

BEP